Qui était Sigmund Freud ?

Grandes lignes :

 

Sigmund Freud

6 mai 1856 – 23 septembre 1939

Nationalité autrichienne

Médecin neurologiste

 

 

 

 

 

Sigmund Freud est l'inventeur de la psychanalyse, et considéré comme un grand penseur du XXè siècle. Il s'est fait sa notoriété en étudiant l'hystérie, et utilisa l'hypnose comme méthode de soin des troubles psychique. Mais il s'est surtout penché sur la psychanalyse comme thérapie par la parole et a étudié l'inconscient, abordant donc le thème du rêve.

Enfance et études :

Issu d'une modeste famille juive, et d'une grande fratrie, il est souvent favorisé par rapport à ses frères et sœurs. Très bon élève, il est souvent premier de sa classe lors de ses huit années passées au Gymnasium Sperl à Vienne, où il apprend le grec et le latin.

En 1873, il entre à l'université de Vienne, puis trois ans plus tard, il entre à l'institut de physiologie d'Ernst Brücke et se consacre à l'apprentissage de l'histologie du système nerveux.

En 1878 et 1879, il fait son service militaire et traduit le 12è volume des oeuvres complètes du philosophe anglais Stuart Mill.

 

 Ses travaux :

Freud finit ses études universitaires en mars 1881 et devient docteur en médecine. En 1882, il entre dans le service du professeur de médecine générale Nothnagel, initiateur à Vienne de l'électrophysiologie, et est tenu au courant du traitement de Bertha Pappenheim (connue sous le pseudonyme d'Anna O. en psychanalyse), qui souffrait de troubles hystériques. C'est l'année suivante que Freud devient stagiaire dans le service psychiatrique de Theodor Meynert, considéré alors comme le plus grand anatomiste du cerveau, et ainsi il poursuit pendant une année, une série de recherches sur le système nerveux et l'anatomie du cerveau. Il est d'ailleurs un des premiers à travailler sur l'infirmité motrice cérébrale (les conséquences neurologiques des lésions, quelle qu'en soit l'origine, qui frappe le système nerveux en plein développement).

C'est à l'université de Vienne qu'il découvre et définit la constitution d'un système nerveux composé de cellules individuelles, dont les axones sont les éléments conducteurs de l'information nerveuse.

 En 1884, Freud fait des recherches sur les propriétés énergétiques et anti-dépressives de la cocaïne. Freud qui pense que la cocaïne est un remède miracle, essaie l'année suivante de soigner son ami morphinomane Ernest Von Fleischl par des injections de cocaïne, ce qui l'intoxique encore plus.

Il est ensuite habilité Privatdozent (titre universitaire) en neuropathologie et publie des recueils sur ses recherches concernant la cocaïne.

 

C'est lorsqu'il est élève de médecine de Jean-Martin Charcot d'octobre 1885 à février 1886 qu'il est stupéfié par les possibilités potentielles de la suggestion (influence d'un individu sur un autre). En avril 1886, il ouvre son cabinet de médecin et prend la direction du service de neurologie à la clinique des Enfants malades, et il abandonne l'électrothérapie au profit de l'hypnose et de la suggestion. Sa fonction aux Enfants Malades lui permet de connaître une meilleure situation financière. La même année, il épouse Martha Bernays avec laquelle il aura six enfants.

En octobre, Freud, en conférence à Vienne, fait un exposé sur L'Hystérie masculine, qui est particulièrement mal reçu par les autorités scientifiques et médicales. Seul un certain Frafft-Ebing, médecin viennois, lui accorde son soutient dans ses travaux. En 1888, Freud publie Hystérie.

 C'est avec Whillelm Fliess, un médecin allemand, que Freud va entretenir des "congrès scientifiques" privés, et entretenir une correspondance régulière, dans laquelle Freud s'interroge sur certains de ses troubles. Fumeur, il a par exemple des troubles névrotiques quand il tente d'arrêter.

 En 1895, Freud utilise la suggestion (sa main est posée sur le front du patient qui est incité à se souvenir de son enfance) après l'abandon de la catharsis (épuration des maux par la représentation dramatique), trop incertaine et dont les effets ne sont pas durables.

Mais c'est surtout avec la publication des Etudes sur l'hystérie avec Joseph Breuer que Freud élabore la doctrine et le vocabulaire psychanalytique. Il analyse ses rêves et la première interprétation de "L'injection faite à Irma" confirme sa théorie du rêve comme accomplissement du désir. En analysant ses souvenirs d'enfance, il en vient à découvrir l'hostilité qu'il ressent envers son père et se souvient des sentiments amoureux, éprouvés dans son enfance, pour sa mère (complexe d'Œdipe). Freud pensait que beaucoup des causes des troubles psychologiques avaient un rapport avec la sexualité, et c'est pourquoi il se détache  définitivement de Breuer qui n'était pas de son avis. Lorsqu'il fait une conférence sur ce point devant la Société viennoise de psychiatrie, il comprend que ses théories ne sont pas appréciées.

 

En 1897, Freud publie son dernier grand travail sur la neurologie, et abandonne la suggestion en 1899. Il lui faut ensuite supprimer le refoulement fondé sur la défense du patient contre les évocations critiquables et ainsi naît la technique demandant au patient d'abandonner toute attitude critique, le thérapeute interprétant ensuite les évocations du patient. C'est la règle fondamentale de l'association libre qui permet la libération des affects refoulés : Freud lui donne le nom de psychanalyse. Il termine alors la version définitive de L'Interprétation des rêves.

 

En 1902, Freud est nommé professeur associé, et quelques médecins se regroupent alors autour de lui pour former la première société de psychanalyse : la "Société psychologique du Mercredi". En parallèle, Bleuler, psychiatre zurichois, applique la psychanalyse depuis un ou deux ans dans ses services à l'hôpital du Burgholzli sous l'impulsion de son principal assistant : C.G. Jung. C'est en 1907 que Freud rencontre Carl Gustav Jung. La Société s'agrandit et a lieu un Congrès international. Petit à petit apparaissent alors quelques différends au sein de la Société, concernant des cas particuliers.

 

C'est en 1912 que Freud et Jung commencent à s'éloigner, ayant des théories divergentes notamment en ce qui concerne la libido, mais aussi à propos du complexe d'Œdipe. En 1913, Freud propose à Jung d'interrompre leur correspondance privée après une analyse d'un lapsus de Jung et de reproches blessants de Jung à propos de la névrose de Freud. Jung finit par quitter l'Association et Freud se retrouve isolé par l'hostilité par rapport à ses théories.

 

En 1916-1917, Freud publie son ouvrage le plus populaire : Introduction à la psychanalyse.  En 1917, il se sent fatigué, pense à la mort mais fait des efforts pour continuer son travail. En 1919, il s'ouvre vers les Anglais et les Américains, cherchant des patients et des médecins désireux de s'initier à la psychanalyse.

En 1925 est publié Ma vie et la psychanalyse, ouvrage autobiographique davantage consacré à sa carrière scientifique et au développement de ses idées qu'à sa vie personnelle. En 1931, il est nommé membre honoraire de la Société des Médecins de Vienne.

 

Fin de vie :

 Freud meurt le 23 septembre 1939, d'un cancer de la mâchoire, après être tombé dans le coma.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site